:: Gestion du personnage :: Fiches de présentation :: Fiches acceptées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

You're still alive, act like it ◊ Ophélia ◊ END

avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 08/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 16:19
Ophélia Beaulieu
ft. Saber de Fate/ stay night

Âge : 46 ans
Âge de la mort : 25 ans
Cause de la mort : hémorragie
Nationalité : française
Profession / études : professeur de danse hip-hop & chorégraphe
Groupe : Oméga
Caractère

Ophélia est cette prof de danse qu’on trouve dans le studio avant et après ses cours, à répéter la dernière chorégraphie pour en connaitre les mouvements de façon assez fluide à son goût. Perfectionniste et appliquée, elle travaillera jusqu’à atteindre une maîtrise satisfaisante à ses yeux, ce qui peut prendre un certain temps. La convaincre de s'accorder une pause n’est pas chose facile une fois qu’elle est lancée: Ophélia crée ses propres chorégraphies, et difficile de nier qu’elle a un certain talent pour ça. Pour la danse en général.

ce n’est pas seulement qu’elle y travaille
c’est qu’elle est même douée

Vivre d’une activité qui la passionne à ce point n'est pas vraiment quelque-chose dont elle osait ne serait-ce que rêver avant de devenir une Revenante. Disons que passée la déception, la peur et la colère ça a été un déclic, de ce côté-là. Quitte à avoir une théorique éternité devant elle, autant ne pas la passer à s’ennuyer. Ophélia est une femme assez nerveuse, malgré l’air confiant qu’elle affiche la plupart du temps. Peur d’échouer, peur de ne pas être à la hauteur, peur de décevoir.. interagir la met facilement mal à l’aise hors de son élément.

Apparaitre inébranlable est un mécanisme de défense, et jusqu’à maintenant ça a plutôt bien fonctionné. On ne se doute pas que si elle répète autant c’est parce que l’échec la terrifie, même maintenant qu’elle sait avoir tout son temps pour se rattraper. Ophélia est encore une ‘jeune’ revenante, il faut dire, peut être se calmera-t-elle avec les années.. Ou peut-être se lassera-t-elle. Peut-être retombera-t-elle dans cette spirale descendante qui a failli l’engloutir il y a de cela des années.

(peut-être refera-t-elle une dépression)
(peut-être aura-t-elle encore envie de disparaitre)

elle a tendance à s’attendre au pire
et être méfiante quand le meilleur se pointe

Ophélia profite du moment mais avec quelques réserves, comme si elle s’attendait à ce que tout s’effondre. Elle ne peut pas ’s’abandonner’ comme certaines personnes le font, son sens des responsabilités ayant une prise solide sur elle. Ophélia sait s’amuser, mais elle a facilement le regard critique. Difficile d’échapper à ses sarcasmes. La plupart du temps ils sont taquins, comme son sourire, comme cette étincelle dans ces yeux clairs, mais parfois.. parfois difficile de ne pas être amère.

Méfiante, pouvant rapidement passer sur la défensive, Ophélia est plus distante que ses attitudes chaleureuses et sourires encourageants peuvent laisser penser. Elle est affectueuse mais pas spécialement tactile, il est bien rare qu’elle laisse qui que ce soit dans cette sorte de périmètre autour d’elle. Si elle vous tapotera l’épaule affectueusement, elle a tendance à reculer lorsqu’on tente de lui rendre la pareille. Les câlins la crispent, quand bien même elle devra mentalement se faire violence pour s’en défaire.

Ophélia était tactile, avant d’être une Revenante
et ça lui manque, mais elle ne compte laisser personne savoir

Raison pour laquelle sa famille n’a plus de nouvelles depuis maintenant 10 ans. C’est sans doute immature de sa part, sans doute une façon de se voiler la face et de fuir la réalité, mais Ophélia ne veut pas les voir mourir. Ses deux parents, elle s’y attendait, certes, mais son petit frère ? Ses deux soeurs aînées ? Même ses amis d’enfance ? Non, c’est quelque-chose à quoi elle s’efforce de ne pas penser.

Physique

Au premier coup d’oeil, Ophélia est l’image même de la danseuse classique. Elancée et élégante dans ses mouvements, elle fait honneur au premier style de danse qu’elle aie pratiqué. Ophélia n’est pas spécialement grande, avec ses 166cm, mais elle se tient droite, et sa musculature construite pour le mouvement lui donne une belle silhouette.

Généralement soignée, Ophélia garde ses longues mèches blondes attachées soit dans une queue de cheval, soit en un chignon tressé en fonction du temps qu’elle avait devant elle. Souvent assez peu, mais elle se débrouille pour être aussi présentable que possible. Son maquillage est léger mais efficace, couvrant les cernes apparaissant parfois sur sa peau claire et mettant en valeur ses yeux bleu-vert. A y regarder de près, on distingue de discrètes tâches de rousseur sur ses joues et son nez.

(il parait qu’elle en a plein sur le dos aussi)
(assez pour y dessiner des constellations)

on l’imagine facilement en collant et tutu plateau
on est souvent confus.e quand on la croise en baggy

Si son intérêt pour la danse de salon et le hip-hop ne s’est réveillé que plus tard, durant l’adolescence, c’est bien ce dernier style de danse qu’Ophélia enseigne. On oublie ses tenues souvent sobres et parfois élégantes au profit de joggings amples, t-shirts colorés ou a motifs et baskets qui n’ont rien à voir avec ses sages ballerines et bottines à talons. Pour danser, Ophélia privilégie le confort.

Ses mouvements sont vifs, coordonnés, elle se met facilement sur la musique et semble toujours beaucoup s’amuser sur les chorégraphies les plus rythmées. On a souvent l’impression de découvrir une toute nouvelle Ophélia, quand on la voit dans son élément. Débordante d’énergie, les yeux pétillants et les joues souvent un peu rosies par l’effort, nullement gênée par les mouvement suggestifs ou la proximité; le contraste avec sa réserve habituelle est flagrant.

Il n’est pas fréquent de voir Ophélia porter des vêtements dévoilant ses avant-bras. De longues cicatrices courent sur ses deux bras, du poignet au coude, certaines laissant supposer des blessures plus profondes que d’autres. Ophélia n’en est pas fière, et les regarder lui est assez désagréable pour qu’elle n’aie pas envie qu’on lui pose des questions à leur sujet. Manches longues ou vestes, donc, la plupart du temps.

oh, et elle porte des gants
même pendant ses cours

pas toujours les mêmes
mais en toute saison

Si Ophélia a tendance à adopter un style vestimentaire assez sobre en dehors de ses cours, et dévoilant le moins de peau possible pour des raisons pratiques, elle s’amuse à incorporer un peu de fantaisie à l’occasion. Piques à cheveux fleuries, vernis à ongles pastel, chaussettes souvent dépareillées et toujours colorées, les touches sont discrètes mais pas impossibles à repérer.

D’ailleurs contrairement à ce qu’on pourrait s’imaginer, la tenue qu’elle enfile quand elle participe aux cours de danse classique sont particulièrement fun. Ses collants décorés de galaxies et pointes rose fluo manquent rarement de faire sourire la collègue dirigeant le cours. Ophélia danse le classique adresse et élégance, mais sa partie préférée sont les étirements. Les assouplissements, les exercices au sol notamment. Ils la laissent rompue mais satisfaite, et puis il faut admettre qu’à y travailler régulièrement pendant aussi longtemps, elle est maintenant assez souple.

Histoire

« Dernière fois, du début. » lança-t-elle en allant remettre la musique au début

A force de bouger, les gants lui collaient à la peau, mais Ophelia se refusait à les enlever maintenant. C’est avec un sourire encourageant à l'adresse de ses élèves qu’elle compta quatre temps avant le début de la chorégraphie, pour les aider à redémarrer. Certains se débrouillaient mieux que d’autres, principalement parce qu’ils suivaient le stage de hip-hop depuis le début de la semaine, mais elle admettait volontiers que les nouveaux suivaient le rythme.

et puis mémoriser une chorégraphie en une heure n’était pas simple
Ophelia était bien placée pour le savoir

La musique ne tarda pas à prendre fin, suivie des applaudissements qui clôturaient chaque cours, et Ophélia souhaita une bonne soirée aux danseurs qui ramassaient leurs affaires pour se diriger vers les vestiaires. 20h33, elle était dans le temps. Plus qu’à fermer la salle, rendre la clé et aller se changer elle aussi. Elle s’étira lentement, faisant rouler ses épaules qui promettaient des courbatures dans un futur proche. Sans doute aurait-elle dû faire un peu plus attention sur cette figure..

« Vous avez une minute ? » la voix venait de l’entrée de la salle

Ophélia émit un son d’assentiment, rassemblant ses affaires avant de se tourner vers la porte vitrée.. et crisper sa main sur sa bouteille d’eau.

« Diane ? » sa voix s'étranglait

peut-être qu’elle n’avait pas une minute, finalement

Ses yeux clairs parcoururent la silhouette sans y croire. Même après 10 ans sans la voir, difficile de ne pas reconnaitre sa meilleure amie. Ses yeux bruns pétillaient de la même énergie que dans son souvenir, et si des mèches argentées parcouraient maintenant ses cheveux noirs, son sourire semblait toujours illuminer la pièce malgré les lumières éteintes. Le temps resta suspendu quelques secondes, Ophélia nerveuse et Diane immobile, à se demander si elle allait fuir comme elle l’avait fait à chacune de ses tentatives de la contacter.

« Qu’est-ce que tu veux ? » demanda Ophélia en approchant de la porte

difficile de ne pas sembler sur la défensive
pas sûre qu’elle aie essayé, à vrai dire

Disons qu’Ophélia n’avait pas demandé à l’Organisation de l’aider à quitter la France sans laisser de traces pour qu’on la retrouve. Partir sans rien dire à ses proches était une chose, mais devoir leur expliquer après-coup n’avait jamais été au programme. A vrai dire, elle était toujours secouée par le message qu’elle avait reçu de Diane il y a trois ans sur son nouveau numéro de portable qu’elle n’était pas supposée connaitre. Bien sûr elle n’avait pas répondu. Ni à son SMS ni au mail qui avait suivi l’année d'après, ni aux messages sur les réseaux sociaux.

Pas que Diane aie dit quoi que ce soit de désagréable, tout au plus elle s’inquiétait du bien-être de son amie, mais Ophélia était déterminée à garder ses distances. Puisque son espérance de vie était destinée à dépasser celle de ses proches, elle préférait couper le contact avant que son immortalité ne soit trop apparente et ignorer le reste de leurs vies. Ignorer quand ils mourraient aussi. Ca lui allait très bien, de ne réellement se lier qu’à d’autres Revenants.

elle s’était presque forcée à faire son deuil
alors forcément, quand Diane était réapparue, elle avait voulu l’ignorer

« Des nouvelles, Ophé. C’est trop demander ? » Diane semblait soudainement très fatiguée

Plus fatiguée que ses élèves qui avaient quitté la salle de danse suants mais satisfaits de leurs progrès. Le ton était un peu monté, comme si sa patience était à bout, et Ophélia se dit qu’elle avait sans doute été lâche trop longtemps. La culpabilité ne perdit pas un instant pour la prendre à la gorge.

« Non, bien sûr que non Diane, désolée. J’ai sans doute.. des choses à expliquer. » admit-elle dans un soupir

A vrai dire, elle avait moitié-moins de choses à expliquer à Diane qu’elle n’en aurait avec le reste de ses proches. Pendant qu’elle prenait une douche rapide dans les vestiaires du studio, les yeux d’Ophélia ne purent éviter de passer sur ses avant-bras où s'étiraient de longues cicatrices. Celles de sa mort. Celles qu’elle avait regardées avec une haine grandissante pendant les deux longues semaines d’incertitude où elle avait retenté sa chance sans succès au moins 5 fois dès que sa colocataire avait le dos tourné.

sa colocataire et meilleure amie, Diane
la seule à savoir qu’elle était une Revenante

S’empressant de sécher les gouttelettes sur son corps pour ne pas avoir à regarder ses bras trop longtemps, Ophélia ré-enfila ses vêtements en vitesse avant d’attraper son sac et de sortir. Diane l’attendait à l‘accueil, avec ce même sourire un peu triste que lorsqu’elle lui avait annoncé vouloir emménager seule pour la reprise de ses études. Après que la pression l’aie menée au suicide, continuer sa 5e année de médecine n’avait pas l’air d’une idée lumineuse, aussi avait-elle préféré se ré-orienter.

dans quelque-chose qui l’avait toujours attirée
mais qu’elle avait abandonné en commençant les études supérieures

reprendre la danse n’avait pas été facile
obtenir un diplôme de professeur encore moins

(mais elle avait tout son temps, maintenant)
(et cette assurance lui avait suffi pour persévérer)

C’est avec un sourire un peu crispé qu’Ophélia souhaita une bonne soirée à la réceptionniste en lui rendant la clé de sa salle avant de  se diriger vers l’extérieur. Elle osait à peine regarder vers Diane, comme si le torrent de reproches qu’elle savait mériter risquait de s’abattre à chaque instant. C’est dans un silence maladroit qu’elles prirent le chemin d’un établissement de restauration encore ouvert où la conversation qu’avait tenté d’engager Diane pourrait éventuellement commencer.

Ophélia n’avait jamais vu de muffin aussi intéressant. Réchauffant ses mains aux ongles vernis de bleu pailleté sur son mug de chocolat chaud, elle se sentait de plus en plus ridicule. Diane l’avait trouvée dévêtue et couverte de son propre sang dans la baignoire de leur appartement partagé le jour de sa mort. Elle avait tenté de saisir ses épaules pour la tirer de l’eau désormais tiède et salie d'écarlate pour réaliser que ses mains la traversaient. Elle avait eu la décence de s’exécuter sans discussion quand Ophélia lui avait ordonné de sortir sur un ton paniqué, encore surprise et un peu déçue d’être toujours de ce monde.

Diane l’avait vue au plus bas
elle lui devait au moins une conversation

« Je suppose que tu as rejoint l’Organisation, si tu m’as retrouvée. » pas la meilleure entrée en matière, mais il fallait qu’elle s’en assure

Diane hocha la tête à défaut de pouvoir répondre, encore en train de mâcher sa bouchée de donut. Après avoir fait des recherches sur les Revenants, ce qu’elle croyait honnêtement être des légendes urbaines, Ophélia avait fini par contacter cette Organisation cherchant à aider les gens qui, comme elle, ne pouvaient pas mourir. En apprenant que Diane était au courant de sa condition, ils lui avaient proposé un poste une fois ses études de médecine terminées.

« Déjà mes excuses, pour être partie comme ça. J’avais besoin de.. recommencer, on va dire. Ma famille n’a pas à savoir que je.. que je ne mourrai pas, disons. Autant couper les ponts avant qu’ils ne remarquent que je ne vieillis plus. Je préfère sortir de leur vie que les voir dépérir. » ça aura le mérite d’être clair

Ophélia ne se permit pas de lui dire, parce qu’elle avait dû le comprendre, mais Diane faisait partie de ceux qu’elle préférait garder à distance. Au courant ou pas, elle restait sa meilleure amie. La voir vieillie de 10 ans alors qu’Ophélia semblait toujours dans la vingtaine était déjà un coup assez violent, elle n’avait pas envie de regarder son petit frère mourir et vieillir avant elle. Pas plus que Diane. Elle était lâche, mais au moins l’était-elle jusqu’au bout, sans doute.

« Mais maintenant tu es là et.. pourquoi, exactement ? Je n’ai pas vraiment été une amie exemplaire. » ajouta-t-elle avec un rire nerveux

Elle prit une bouchée de son muffin pour se donner quelque-chose à faire, laissant le goût sucré la distraire pendant que Diane semblait réfléchir à sa réponse.  Ses yeux sombres passèrent de son amie à la décoration du café avant de revenir droit devant elle.

« Tu me manquais, admit-elle à demi-voix, et si je ne suis pas là qui va te raisonner ? Tu es une vraie tête de mule parfois, difficile de te faire voir les choses en face. » plaisanta-t-ellle, mais Ophélia savait qu’elle n’avait pas tort

Avalant une gorgée de chocolat chaud, elle prit le temps de laisser l’information s’installer. Diane était à Waterside, et Diane comptait y rester. Un sourire malicieux ne tarda pas à étirer ses lèvres roses.

« Oh, j’ai déjà Oz et Dorothy, pour ça. » fit-elle sur un ton presque désintéressé

C’est sans un regard pour son amie qu’elle souffla à nouveau sur son chocolat chaud avant d’en avaler quelques gorgées. Le liquide sucré lui redonnait l’énergie qu’il lui manquait après ses heures de cours. Diane passa quelques instants à la dévisager, ne sachant trop si elle devait y croire. Son expression hésitait entre incrédule et offensée, supposa Ophélia, avant qu’un éclair de compréhension n’apparaisse.

« Donc tu as enfin adopté des chats. » ce rire lui avait manqué

A votre propos

Pseudonyme : I.Care, oui c'est encore moi
Âge : 19 ans
Comment avez-vous connu le forum ? Topsites o/
Commentaire :  shine & merci d'avoir répondu à mes questions aussi rapidement o/
je suis cela dit toujours pas certaine d'avoir géré le truc correctement, notamment au niveau de l'Organisation que j'ai pas beaucoup mentionnée mais un peu quand même donc dites moi ce qui cloche dans l'histoire x.x
edit: encore merci pour vos réponses, contente de pas avoir fait de bêtises, et la fiche est terminée o/
Code :

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Date d'inscription : 04/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Avr - 17:39
BRAVO tu es validé
Bienvenue parmi nous !
Bien que je te l'avais déjà dit sur la cb, je te souhaite officiellement la bienvenue parmi nous !

Ainsi, Ophélia s'est suicidée... Je peux pas m'empêcher de penser que c'est quand même sacrément balo, d'autant plus qu'elle revient avec un bon gros paquet de problèmes relationnels à cause de son groupe huhu
Mais apparemment, elle a réussi à revenir d'entre les morts /PAN/ de sa dépression et ça fait plaisir à voir. Ophélia m'a l'air d'être une plus si jeune femme charmante.

Bref, j'arrête de m'étendre, te voilà validée, je m'en vais de ce pas te donner ta couleur.
Bon jeu parmi nous :3


*****
Liens utiles

Bottin des avatars
Demande d'habitation
Demande de lieux spéciaux
Carnet du personnage

_________________


Charlie converse en #99797a
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Waterside :: Gestion du personnage :: Fiches de présentation :: Fiches acceptées-
Sauter vers: